Biblioteca

Le Role de la Femme dans la Societe Moderne

Valoare:

5 puncte*

Marime:

12.47Kb

Pagini:

4

Nota:
8 Le Role de la Femme dans la Societe Moderne, 8 out of 10 based on 4 rating
Contine fisiere:

doc


Domenii:

Franceza


* de la numai 2.21 Lei, cumparand puncte sau poti obtine puncte daca postezi documente (vezi detalii)
Orice document downloadat sau uploadat este adaugat in Biblioteca Mea

Fisiere arhiva: (1)

  • Le Role de la Femme dans la Societe Moderne.doc
Vezi informatii descarcari anterioare

Extras din document:

Le rôle de la femme dans la société moderne
Lorsqu’on cherche à analyser le résultat des efforts de « promotion » de la femme, qui ont été entrepris par les lobbies et associations féminins (féministes) dans la société dite moderne, on pense en général que, même s’il y a eu certains excès, ces efforts ont été « globalement bénéfiques ». Nous allons tenter de démontrer qu’il n’en est rien, et que cette stratégie a été pour la femme moderne un échec, sinon parfois même un véritable désastre.
Peut-on dire en effet, si l’on se place sur un plan « politique », que le « pouvoir féminin », qu’il soit d’ordre hiérarchique (de statut) ou bien charismatique (d’influence) a globalement augmenté depuis environ cinquante ans ?
Sur le plan économique, dans l’entreprise en tout cas, nombre de femmes sont encore confinées dans des emplois secondaires. Nonobstant l’instruction, à laquelle, c’est vrai, elles ont aujourd’hui librement accès, les efforts, la compétence et le dynamisme, à un certain niveau, on ne retrouve presque que des hommes.
Est-ce dû à certains blocages, à un esprit « clanique » masculin, au « machisme » ? Si ces effets ne peuvent être niés, nous ne pensons pas qu’ils constituent la seule raison du « désert » féminin aux postes élevés. Il y en a une autre, très importante : à partir d’un certain niveau, il faut être « taillable et corvéable à merci ». Il faut pouvoir sauter dans un avion à tout moment, réagir à toute situation à toute heure, s’investir totalement « à fond ».
Pour un homme, dont les liens physiques avec la famille restent relativement lâches, cela ne pose pas de problèmes excessifs. Du moment qu’il est « moralement présent », par l’exemple de vie qu’il donne, son courage et son dévouement pour sa famille, et qu’il sait compenser ses absences en marquant suffisamment sa présence lorsqu’il est physiquement là, le couple et les enfants n’en souffrent pas exagérément. Dans les sociétés traditionnelles, l’homme peut revenir au village une fois par an, sans que les structures familiales ne soient détruites. De tous temps, les hommes ont été chasseurs, marins, voyageurs. Même si, c’est bien évident, l’absence de l’homme n’est jamais facile à vivre, l’équilibre de la famille n’en est gravement altéré. Le père est pour l’enfant un « surmoi ». Il n’a pas besoin, il n’est même pas forcément bénéfique qu’il soit en permanence « au contact Une certaine distance peut même renforcer son autorité. Et lorsqu’il est présent, ce qui marque l’enfant, c’est l’image qu’il véhicule (exemple sportif, enseignement au travail, à l’artisanat) autant que la présence elle-même.
Pour la femme, il n’en va pas de même : son lien avec l’enfant n’est pas un lien hiérarchique, fortement marqué par le statut et l’image, mais un lien d’abord charismatique, viscéral, physique et affectif. Celui-ci ne se suffit pas de son exemple, il veut sa présence près de lui et même contre lui, surtout lorsqu’il est petit.
Contrairement à l’homme, la femme, n’est donc pas, par sa nature même, « taillable et corvéable à merci » dans le système économique. Même si elle peut être exploitée dans des cadres de travail « contre sa nature » (usine, voyages), elle dispose, par la maternité, d’une faculté de dire « non » radicale : qui peut l’empêcher d’être enceinte ?
Pour cette raison, c’est l’enfant qui interdit à la femme un investissement libre et total dans le système économique capitaliste moderne, sauf à en modifier radicalement la structure, ou à changer la philosophie du travail telle que nous la connaissons en occident.
Un autre aspect tient au fait que les années récentes ont vu une véritable marée féminine envahir le monde du travail. Si la « libération de la femme par le travail » n’avait pas été un intouchable dogme, qui aurait osé dire que c’était une bonne chose ?
Dans un contexte de crise économique et de chômage, il est clair que la femme a servi surtout à alimenter le Moloch de la machine économique. Il faut dire la vérité : son mouvement massif et brutal hors du « nid familial » pour investir le « champ de bataille » du marché du travail encombré par les hommes n’est pas une conquête, c’est une fuite, pour retrouver par une indépendance salariale toute relative un peu de sécurité permettant de contrebalancer la perte de protection due à la fragilisation du couple, et c’est une traite, dont elle est l’esclave.
Même si, à un certain niveau de responsabilité, le travail professionnel apporte évidemment un épanouissement, relatif, disons-le bien (l’entreprise n’est pas précisément un lit de roses) par rapport à une vie au foyer vue comme très appauvrissante, cela est dû plutôt au fait que l’environnement sociétal familial est non pas pauvre en lui-même, mais généralement mal organisé pour la mère au foyer. La preuve ; lorsque le milieu social est relativement élevé, permettant nombre d’activités culturelles ou associatives, la vie au foyer peut être très agréable. Il n’en reste pas moins que pour la majorité des femmes, la vie professionnelle n’est pas épanouissante ; il suffit de voir le marathon journalier démentiel des secrétaires d’entreprises et des femmes cadres, levées très tôt et couchées très tard, toujours à limite de résistance nerveuse, écartelées entre les ordres du patron et les appels au secours des enfants seuls ou malades, pour le comprendre.
Pourquoi les généraux des armées féminines les ont-ils ainsi lancées hors de leur « pré carré » de façon si imprudente ? Pourquoi avoir pris des risques pareils ? Il y avait tout à perdre. Un chef militaire proposant une telle stratégie aurait été immédiatement limogé.
Sur le plan familial, le « pouvoir » de statut ou d’influence de la femme a-t-il progressé ?
Au plan domestique, même s’il y a un peu de changements positifs dans le sens du partage des tâches, c’est toujours elle qui en assure l’essentiel. Si le « machisme primaire » est sans doute moins présent, ne s’est il pas souvent transformé en une sorte de « machisme secondaire » ? Et après tout, est-ce si étonnant ? Comme l’entreprise, le service de la maison n’est pas uniquement un ensemble de tâches, mais un investissement personnel, une « entreprise domestique », avec ses tâches plus ou moins nobles ou gratifiantes. L’homme n’est pas attaché de façon atavique à son environnement domestique, il est même bon qu’il ne le soit pas trop... Pourquoi, pense-t-il, disputer à sa femme l’initiative dans l’univers de la maison ? Pourquoi, dans ce domaine, vouloir prendre la place du « patron » ? Le problème, si la femme est « au four et au moulin », est que, selon sa vision masculine, le « commandement domestique » n’est pas assuré. Que fait-il alors ? Comme un soldat mal encadré, il se défile...
Sur le plan « génito-éducatif », la femme a-t-elle « augmenté son pouvoir » ?
Certains mouvements de « libération » de la femme se sont sans doute justifiés en réaction contre un modèle féminin « trop maternel », celui, vrai ou faux, d’une femme confinée à la maison, soumise, inculte, une « esclave maternelle », « juste bonne à faire des enfants », à « torcher les mômes ». Contre cela, elles ont prôné un modèle de « femme libre », cultivée, « à l’extérieur », « libérée par le travail », « gérant sa sexualité ». Un certain comportement sexuel, assorti des « avancées » de la contraception et de l’avortement, a ainsi représenté le symbole de cette liberté.
Dans cette vision, l’enfant a d’abord été un choix, puis une gêne. On est passé ainsi d’un extrême à l’autre. Si, autrefois, on faisait certainement pression sur la femme pour qu’elle ait des enfants, aujourd’hui c’est le contraire : on fait pression sur elle pour qu’elle n’en ait pas.


    Comentarii:

    un studiu elocvent



    Documente similare:
    Preview document similar
    La politique fiscale de l’Union Europeenne
    Proiectul contine 51 pagini in format doc cu o marime totala de 1.06 MB.
    Preview document similar
    Impots indirects dans l’Union Europeenne
    Proiectul contine 53 pagini in format doc cu o marime totala de 256.55 KB.
    Preview document similar
    Le Budget de L’etat
    Proiectul contine 54 pagini in format doc cu o marime totala de 54.14 KB.
    Preview document similar
    Les Droits de la Femme en France
    Proiectul contine 27 pagini in format doc cu o marime totala de 874.1 KB.
    Preview document similar
    La Discrimination Positive
    Referatul contine 7 pagini in format doc cu o marime totala de 27.65 KB.
    Preview document similar
    Limba Franceza - La Famille Francaise
    Referatul contine 8 pagini in format doc cu o marime totala de 15.38 KB.
    Carti recomandate:
    Jonas Ridderstrale, Kjell Nordstrom
    Cartea demonstreaza ca mintea bate muschii si ca sursa avantajului competitiv al oricarei companii sunt oamenii. Cartea este scrisa convingator si argumentata cu rigurozitate. Vremuri funky Fortele funk-ului Societatea surplusului Societatea bazata pe forta creierului Leadership-ul de substanta Arata-te cum esti Construirea... citeste tot
    Chris Abani
    Orfan de mama si cu un tata alcoolic si violent, adolescentul Elvis viseaza cu ochii deschisi la ziua in care va evada din Maroko, un ghetou mizerabil si periculos al Lagosului, si dintr-o tara, Nigeria, terorizata de regimuri militare brutale si la discretia unor legi tribale nemiloase. Lui Elvis ii place sa danseze, sa citeasca, sa asculte... citeste tot