A la decouverte de Paris

Imagine preview
(10/10 din 1 vot)

Acest curs prezinta A la decouverte de Paris.
Mai jos poate fi vizualizat un extras din document (aprox. 2 pagini).

Arhiva contine 1 fisier docx de 112 de pagini .

Profesor: Anca - Andreea Pavel

Iti recomandam sa te uiti bine pe extras si pe imaginile oferite iar daca este ceea ce-ti trebuie pentru documentarea ta, il poti descarca.

Fratele cel mare te iubeste, acest download este gratuit. Yupyy!

Domeniu: Franceza

Extras din document

La ville de Paris est depuis longtemps la capitale de la France. Dès le premier millénaire, les rois mérovingiens, dont Clovis, le roi franc qui avait donné le nom Francia à la

Gaule romaine occupée, s’y était installé. Deux des rois de France ont eu un rôle particulier dans l’affirmation du statut de capitale de Paris : Hugues Capet, le fondateur de la dynastie des Capétiens (987-1328) et Philippe II Auguste (1180 - 1223). Avant le règne de ce dernier, la Cour Royale était nomade. C’est lui qui a décidé de la stabiliser dans la capitale de ses prédécesseurs, qui présentait l’avantage d’être située au carrefour des grandes voies commerciales du temps. Animées par la présence permanente de la Cour à Paris, la vie spirituelle, économique et culturelle de la capitale enregistre un essor particulier. La langue parlée à Paris devient elle aussi la plus importante du nouvel Etat. Elle s’appelait le françoys, aujourd’hui le français. C’était le dialecte parlé en Île-de-France, la province où se trouve la ville de Paris et qui était le domaine du roi. À l’époque chaque province avait son seigneur, parfois plus riche que le roi lui-même. Si la langue doit son nom à la province qui appartenait au roi, le nom de la ville est plus ancien encore. On le doit à une tribu gauloise, les Parisii, que les Romains ont trouvée à l’endroit actuel lors de la conquête du nord de la Gaule par Jules Caesar en 52 av. J. C. Ils ont appelé la localité Lutetia Parisiorum, nom devenu Lutèce en français. Les arènes de Lutèce, où l’empereur Julien a été consacré en 360, peuvent encore être visitées.

Bien des monuments qui attirent les visiteurs d’aujourd’hui sont liés à la mémoire des rois qui ont eu une contribution essentielle à leur construction. Par exemple, sous le règne de Philippe Auguste, on a commencé la construction du Louvre et on a fondé l’Université. Sous le règne de Louis IX (Saint-Louis), on a construit la Sainte Chapelle. François Ier y fait bâtir de beaux édifices de style Renaissance qui embellissent la ville, en sorte que Henri IV décide de se convertir au catholicisme en disant - Paris vaut bien une messe - . Il pacifie ainsi le royaume de France et favorise la reprise des travaux de construction. Louis XIII fait tracer des quartiers neufs et les boulevards qui vont de l’Eglise de la Madeleine à la Bastille. Louis XIV fait bâtir son palais favori à Versailles, hors de la ville, mais il reste favorable au développement de Paris qui continue de s’urbaniser. Sous Louis XV et Louis XVI la ville s’agrandit en sorte que la construction d’une nouvelle enceinte devient nécessaire. La Révolution française abolit la monarchie et détruit une partie de ces symboles, dont la Bastille. Après des années sanglantes, de terreur et de destruction, Napoléon

Bonaparte, couronné empereur en 1804, recommence l’édification des monuments. L’Arc de Triomphe de l’Etoile, la Colonne Vendôme, l’agrandissement du Louvre font la preuve de son intérêt pour l’embellissement de la capitale. Sous la Restauration, sous les règnes de Charles X et de Louis-Philippe, la ville continue de se développer pour répondre aux besoins de plus d’un million d’habitants. On construit, par exemple, les fameux égouts de Paris de plus de 120 km, rendus célèbres par le roman Les Misérables de Victor Hugo. Après la chute de ces deux monarques, la deuxième République est née. Quand Napoléon III monte sur le trône, Paris se métamorphose à nouveau. En 1853, le baron Haussmann, préfet de Paris, entreprend un vaste projet de restructuration urbaine. De larges voies s’ouvrent, les Grands Boulevards sont modifiés, on construit les Halles, l’Opéra, on aménage le bois de Vincennes et le bois de Boulogne, le Parc Monceau et les Buttes Chaumont, etc.

La Commune de Paris (18 mars -28 mai 1871) met un frein à l’élan des bâtisseurs et provoque bien des dégâts. L’Hôtel de Ville et le Palais des Tuileries sont alors détruits. Les nouveaux travaux reprennent sous la IIIe République. Trois grandes Expositions Universelles et Internationales consacrent les efforts de ceux qui créent un nouveau style. La construction de la Tour Eiffel, du Grand et du Petit Palais ainsi que celle de beaucoup d’autres édifices révèle les progrès faits en art, en architecture et en technique.

La Ière Guerre Mondiale (1914-1918) constitue une période d’arrêt. C’est pendant l’entre-deux-guerres que l’on voit apparaître des édifices cubiques très audacieux, de beaux immeubles modernes et des aménagements pour les sports.

La Seconde Guerre Mondiale (1940-1944) endommage Paris qui est tombée aux mains des Allemands. Depuis la libération, la ville évolue en gardant les trésors du passé en ajoutant de nouveaux qui s’y intègrent même s’ils portent l’empreinte des temps actuels. Le quartier de la Défense, la Tour Montparnasse, la Pyramide du Louvre en sont des exemples significatifs.La renommée de Paris ne s’explique pas seulement par les monuments qui en ont fait l’une des plus belles villes du monde, sinon la plus belle. Si on l’appelle la - Ville Lumière - c’est parce que Paris a toujours attiré les esprits les plus avancés et les artistes de toute sorte qui y sont venus en cherchant la consécration. Nommée par Péguy la villemonument, la capitale-monument, le monument des monuments, Paris est une ville envoûtante, la capitale de l’esprit, toujours inégalée. La variété des aspects présentés et l’attachement qu’elle ne cesse de nourrir, nous font donner raison au chansonnier Maurice Chevalier qui nous assurait que - Paris sera toujours Paris- .

(A.- A. P.) Pour aller plus loin

a) Lisez et traduisez en roumain les textes suivants :

a' - Si j’ai jamais goûté l’éclatante douceur d’être né dans la ville des pensées généreuses, c’est en me promenant sur ces quais où, du Palais Bourbon à Notre-Dame, on entend les pierres conter une des plus belles aventures humaines, l’histoire de la France ancienne et de la France moderne. On y voit le Louvre, ciselé comme un joyau, le Pont Neuf, qui porta sur son robuste dos trois siècles et plus, des Parisiens [ ] criant: ‘Vive le roi !’ au passage des carrosses dorées, poussant des canons aux jours révolutionnaires ou s’engageant, en volontaires, à servir, sans souliers, sous le drapeau tricolore, la patrie en danger; -

(Anatole France, Pierre Nozière)

a" - Le système a des pères dans toutes les époques, toutes les sciences et tous les pays, et c’est pourquoi il est si difficile de cerner son avènement. Le mot, qui s’employait jadis en philosophie, en cosmologie et en anatomie, déborde maintenant sur toutes les disciplines et en suscite une nouvelle : 'la systémique', ou le 'systémisme'. Désormais, le système a ses théoriciens, ces vulgarisateurs et ses poètes, en si grand nombre que je serais bien en peine d’en citer la moitié. Quelle richesse, le système ! Quelle ivresse ! -

(Jean-Marie Domenach, Enquête sur les idées contemporaines)

b) Remplacez les pointillés du texte ci-après pour obtenir un texte conforme aux

informations dont vous disposez :

À l’époque de la conquête romaine, quand il s’appelait , le village habitée par les

n’était qu’une petite île au des routes menant de la Loire vers la Belgique et de Germanie en Bretagne. À la fin du Ve siècle, y installa sa capitale. Puis, au début du

XIIIe siècle . y installa définitivement la Cour royale. Depuis, les rois de France n’ont cessé d’accroître son prestige. C’est ainsi que Paris est devenue la . politique, plus généralement la .. pensante de la nation.

c) Traduisez en français le texte suivant :

- Există orașe care trăiesc o adevărată spaimă a frumuseții lor. Spaima de a nu strica prin viață istoria, spaima de a nu-și pierde stilul, spaima de a nu distruge farmecul secolelor trecute. În Leningrad, nu se construiește decât la kilometri distanță de orașul țarilor și al Revoluției. Praga se dezvoltă în cercuri concentrice protejând la mijloc orașul de aur. Parisul nu este un oraș muzeu. Parizianul nu are în el nimic de ghid aureolat de culoarea locală. De aici, o anume lipsă de pietate, o formidabilă degajare în fața istoriei trecute. Se demolează și se construiește de secole într-o perfectă lipsă de inhibare. Grija pentru monument istoric nu lipsește, dar ea se manifestă fără ostentație [ ]. Ce poate fi mai ciudat decât a construi lângă la Sainte Chapelle absudul și frivolul eșafodaj care se numește Tour Eiffel? -

(Ana Blandiana, Orașe de silabe)

Grammaire et exercices

L’ARTICLE

Les formes normales, élidées et contractées de l’article

Singulier Pluriel

Masculin Féminin Masculin Féminin

Défini normal le cahier la gomme les cahiers les gommes

Défini élidé l’avocat l’avocate

Défini contracté au chat

(à + le) du pays

(de + le) à la dame (à + la) de la dame

(de + la) aux chats (à + les) des pays

(de + les) aux dames

(à + les) des dames

(de + les)

Indéfini un cahier une gomme des cahiers des gommes

Partitif normal boire du vin boire de la bière manger des gâteaux acheter des robes

Partitif élidé boire de l’eau

Emploi de l’article

Omission de l’article défini

L’article défini n’est pas utilisé dans les situations suivantes :

o devant les noms propres de personne ou de ville, mais il est employé devant les noms de peuples (écrits par majuscule) et de pays: Paris, Rouen, la France,la Roumanie, les

Fisiere in arhiva (1):

  • A la decouverte de Paris.docx

Bibliografie

Chevalier, Jean-Clayude - Blanche - Benveniste, Claire - Arrivé, Michel - Peytard, Jean, Grammaire Larousse du français contemporain, Librairie Larousse, Paris, 1964.
Colignon, Jean-Pierre, Testez vos connaissances de vocabulaire, Hatier, Paris, 1979.
Dany, Max - Rondepierre, Clément - Noëlle-Dallot, Louis - Paulet, Claude, Le français des relations internationales, Hachette, Paris, 1983.
Descamps, Christian, Interrogations philosophiques contemporaines en France,
Rendez-vous en France, Secrétariat d’État aux Relations culturelles internationales du ministère des Affaires étrangères, Paris, s. a.
Dubois, Jean - Jouannon, Guy, Grammaire et exercices de français, Larousse, Paris, 1956.
Gresle, François - Perrin, Michel - Panoff, Michel - Tripier, Pierre, Dictionnaire des sciences humaines. Sociologie. Psychologie sociale. Anthropolgie, Nathan, Paris, 1990.
Goubert, Pierre, Initiation à l’histoire de la France, Fayard-Tallandier, Paris, 1984.
Grevisse, Maurice, Le Bon usage. Grammaire Française avec des remarques sur la langue française d’aujourd’hui, 8e édition, Editions Duculot-Hatier, Gembloux, 1964.
Guillien, Raymond - Vincent, Jean (sous la direction de), Termes juridiques, Dalloz, Paris, 1995.
Jeanrenaud, Alfred, Langue française contemporaine. Morphologie et syntaxe, Polirom, Iași, 1996.
Mauger, Gaston (sous la direction de), Cours de Langue et de Civilisation françaises, vol. III, Hachette, Paris, 1959.
Mauger, Gaston (sous la direction de), Langue et Civilisation françaises. La France et ses écrivains, vol. IV, Hachette, Paris, 1957.
Rey, Alain, Les mots de saison, Gallimard, Paris, 2008.
Saraș, Marcel - Ștefănescu, Mihai, Gramatica practică a limbii franceze, Editura științifică și enciclopedică, București, 1976.
Vigner, Gérard, Parler et convaincre, Hachette, Paris, 1995.