Les Expressions Figees et le Langage Publicitarire

Imagine preview
(8/10 din 1 vot)

Aceasta licenta trateaza Les Expressions Figees et le Langage Publicitarire.
Mai jos poate fi vizualizat un extras din document (aprox. 2 pagini).

Arhiva contine 1 fisier doc de 45 de pagini .

Profesor indrumator / Prezentat Profesorului: Anca Cosaceanu

Iti recomandam sa te uiti bine pe extras si pe imaginile oferite iar daca este ceea ce-ti trebuie pentru documentarea ta, o poti descarca. Ai nevoie de doar 6 puncte.

Domeniu: Franceza

Extras din document

1. NOTIONS INTRODUCTIVES

1.1. Définitions

Le figement, propriété des langues naturelles et révelateur de la mentalité des peuples qui les parlent, est un phénomène très présent au cours du temps. Les gens ont senti depuis longtemps que dans les langues il y a deux principes opposés : la liberté combinatoire et le figement.

Pourtant, les définitions qui existent dans le Dictionnaire de Linguistique et des sciences du langage de Larousse sont un peu confuses. Le figement est vu comme « un processus linguistique qui, d’un syntagme dont des éléments sont libres, fait un syntagme dont les éléments ne peuvent pas être dissociés. Ainsi, les mots composés (compte rendu, pomme de terre… ) sont des syntagmes figés ». Mais, Gaston GROSS, dans son livre Les expressions figées en français (noms composés et autres locutions) , montre que cette définition ne concerne que les syntagmes et elle oublie d’autres entités comme les déterminants, les adverbes, les prépositions et les phrases. C’est peut-être parce que pour longtemps ce domaine n’a pas été très étudié et la perception collective est restée simpliste : les mots composés étaient ceux qui avaient un trait d’union.

Le même dictionnaire définit le terme idiomatique comme suit : « On appelle expression idiomatique toute forme grammaticale dont le sens ne peut être déduit de sa structure en morphèmes et qui n’entre pas dans la constitution d’une forme plus large : Comment vas-tu ? How do you do ? sont des expressions idiomatiques. »

Puis, on appelle idiotisme « toute construction qui apparaît en propre à une langue donnée et qui ne possède aucun correspondant syntaxique dans une autre langue. Le présentatif C’est est un gallicisme, idiotisme propre au français ; How do you do ? est un anglicisme » . Mais on ne parle plus de figement (ni sémantique ni synthaxique), mais d’impossibilité de traduction terme à terme d’une langue à l’autre.

Le mot composé est vu comme « un mot contenant deux, ou plus de deux, morphèmes lexicaux et correspondant à une unité semnificative : chou-fleur, pomme de terre. »

Mais, si on parle de mot composé, on doit aussi parler de composition, par laquelle on désigne « la formation d’une unité sémantique à partir d’éléments susceptibles d’avoir par eux-mêmes une autonomie dans la langue. A ce titre, la composition est généralement opposée à la dérivation, qui constitue les unités lexicales nouvelles en puisant éventuellement dans un stock d’éléments non susceptibles d’emploi indépendant. » On oppose ainsi des mots composés comme timbre-poste, portefeuille, et des dérivés comme refaire, malheureux.

Pourtant, toutes ces définitions ne se mettent pas d’accord, elles perdent de vue l’essentiel.

Selon Gaston GROSS, « un groupe ou séquence libre est une séquence générée par des règles combinatoires mettant en jeu à la fois des propriétés syntaxiques et sémantiques, comme, par exemple, les relations existant entre les prédicats et leurs arguments. Chaque prédicat est défini, il est vrai, par son domaine d’arguments qui lui est propre. Ainsi celui des verbes ressemeler est plus restreint que celui du verbe voir , puisqu’il est limité à la classe des chaussures , tandis que voir peut avoir pour complément n’importe quel concret. Nous n’appelons pas figement cette restriction du domaine des arguments de certains verbes par rapport à d’autres. » Il s’agit d’un problème très général des contraintes, qui est constitutif de la syntaxe elle-même. Cette liberté combinatoire peut s’observer à tous les niveaux de l’analyse linguistique : phrase, groupe nominal, groupe prépositionnel, déterminants, etc.

A partir de là, nous appelons idiotisme (gallicisme, anglicisme, germanisme) « une séquence que l’on ne peut pas traduire terme à terme dans une autre langue, sans pour autant qu’elle soit contrainte dans la langue en question ni sur le plan syntaxique (les transformations habituelles sont possibles) ni sur le plan sémantique (le sens est compositionnel et non opaque). »

Gaston GROSS par de l’idée que moins une construction accepte de transformations, plus elle est figée. Après ce principe il a formulés certains critères de figement.

Fisiere in arhiva (1):

  • Les Expressions Figees et le Langage Publicitarire.doc

Alte informatii

Aceasta a fost lucrarea mea de licenta la Facultatea de Limbi Straine, Universitatea Bucuresti, sectia Franceza, in 2008. Lucrarea este despre metodele folosite pentru a crea un slogan de la o expresie.