Est-ce qu'on est toujours responsable

Imagine preview
(9/10 din 1 vot)

Acest referat descrie Est-ce qu'on est toujours responsable.
Mai jos poate fi vizualizat un extras din document (aprox. 2 pagini).

Arhiva contine 1 fisier doc de 4 pagini .

Profesor indrumator / Prezentat Profesorului: M. Frunza

Iti recomandam sa te uiti bine pe extras si pe imaginile oferite iar daca este ceea ce-ti trebuie pentru documentarea ta, il poti descarca. Ai nevoie de doar 3 puncte.

Domeniu: Franceza

Extras din document

Je ne sais pas si je me trompe, mais je crois qu’on n’a jamais parlé si beaucoup comme aujourd’hui. Nous avons des centaines de programmes tv avec des gens qui parlent toujours de n’importe quel sujet. Plus que cela, nous avons des milliers de minutes ou même des minutes illimités sur le portable, des messages dans toutes les réseaux, de facebook ou messenger de sorte que nous pouvons communiquer sans cesse. Mais on est toujours responsable de tout ce que nos lèvres disent? Ou de ce que nos mains écrivent?

Il semble qu’avec le temps l`être humain ait diversifié si beaucoup le langage qu`il parle parfois sans penser. Parce qu`on sait bien que le mot peut aussi réjouir les personnes comme il peut les blesser ou tuer.

On utilise bien des différentes registres de langage pour communiquer dans la communauté. Par exemple, pour parler avec nos camarades ou ceux qui font partie de la famille on peut utiliser le langage familier. Ainsi, on utilise souvent les argots qui existent dans toutes les langues du monde.

Historiquement, l'argot est le langage de la délinquance. Or, vers le milieu du XIXe siècle, la bourgeoisie triomphante était dépourvue des attributs de la noblesse traditionnelle; elle avait besoin d’une arme pour marquer sa différence avec le peuple, qu'elle méprisait. Elle a alors fait sienne la langue académique - le - bon français- . Et tout ce qui relevait du langage familier est devenu de l'argot.

Les argots, d`après J. Vendryes, sont „des langues spéciales: les étudiants, les ouvriers, les prisonniers utilisent entre eux un langage conventionnel.” Cette affirmation semble être valide, parce qu`après un sondage, les jeunes sont d`accord avec les argots. Ils croient que „c’est un truc bien à eux”, qu`ils utilisent „les mots de leur langue” et qu`ils en ont marre de „parler le français normal.” Mais le langage verbal des jeunes des cités est-il l’expression d’une sous-culture ou d’une contre-culture ? On ne peut pas préciser parce que les points de vue sont différents.

Dans le français des cités, l’argot est lié au français contemporain. On pratique l’argot dans certains cas. Ce qui caractérise, l’argot contemporain est sa fonction identitaire afin de marquer sa différence par rapport aux autres groupes. Ce français contemporain est lié à une fracture sociale.

La parole contemporaine est liée à la culture urbaine ou péri-urbaine. Cette population, située à la périphérie des grandes villes, représente approximativement 12 millions de personnes de souche ou issues de l’immigration.

Les différentes langues en usage dans les cités sont à l’origine de nombreux emprunts utilisés dans les constructions de la langue des cités.

Ce langage de jeunes est aussi rencontré dans les écoles, mais on doit être très prudent pour ne pas les enfermer dans un ghetto linguistique. Ainsi, il faut qu’on leur propose une variété des niveaux de langue en usage dans les séquences pédagogiques. La question est de savoir si on peut ouvrir à l ‘expression verbale faite dans les cités. Le projet actuel serait la reconnaissance en France des langues minoritaires ce qui relève de la politique culturelle des langues de France. Ainsi, le français, le berbère, le kanak, le provençal pourront devenir des langues égalitaires.

Pour metre en valeur le langages des jeunes, on peut prendre en considération les examples qui suivent. La métaphore est la plus rencontrée méthode. Par examples, les jeunes utilisent le verbe fouetter pour exprimer qu`ils se sentent mauvais ou le nom caisse pour voiture/ véhicule automobile. D`autres procédés utilisés par les jeunes sont la métonymie (bleu pour policier, flic), le verlan "monosyllabique" (aç pour ça), le verlan "orthographique" (à donf pour àfond), la reverlanisation (femme> meuf -verlan 1 > feumeu -verlan 2), l’apocope (assoc' pour association), l’aphérèse (blème poue problème), les mots d'origine tsigane (bédo -cigarette de haschisch), les mots d'origine africaine (gorette pour fille), les mots issus du vieil argot français (placard pour prison) etc.

Ce phénomène est aussi rencontré dans la langue roumaine. Les jeunes “ont inventé” leur propre code linguistique. Ainsi, ils utilisent des expressions et un langage “à la mode” pour parler entre eux. Le mot “gen” a perdu son propre sens de faire la distinction entre le masculine et le féminin et il est utilisé à la fin d’une phrase: “Am fost la un film, gen”( J' ai été au cinéma).

Un autre exemple est le mot “epic”( épique). Normalement, le mot épique est un genre littéraire qui comprend toutes les productions littéraires narratives. Aujourd’hui, dans le langage de jeunes ce mot exprime des sentimentes contradictoires. Ainsi, il peut signifier génial, très ennuyeux, de

Fisiere in arhiva (1):

  • Est-ce qu'on est toujours responsable.doc